Je m'engage / Je donne

Distribution spiruline Kivu - République Démocratique du Congo (RDC)

Démarrage : septembre 2017

Objectifs : Distribuer 70 kg de spiruline

Bénéficiaire : 700 enfants enfants/an

Partenaire : La LIDE, SOS enfants

Financement : Le Fonds de dotation Impala Avenir

Les territoires de Beni et Lubero ont 16 zones de santé et dans chaque zone ce sont au moins 400 enfants malnutris qui ont été répertoriés.

carte rdc

Cet état de chose s’explique par les guerres et conflits continuels qui sévissent dans la province et qui occasionnent un déplacement continuel des populations fuyant les atrocités entre les milices et l’armée régulière. La population n’a pas assez de temps pour s’occuper de leurs travaux champêtres. Les familles de plus au moins 10 personnes/ famille vivent avec une recette de moins de 1 dollar par jour.

Avec l’aide de SOS Enfants, la LIDE envisage un programme global de lutte contre la malnutrition avec les activités suivantes :

  • Distribution de spiruline à travers des maisons de nutrition.
  • Vulgarisation des plantations de soja et légumes d’amarante pour améliorer la nutrition
  • Renforcement de l’animation du planning familial
  • Sensibilisation de l’éducation culinaire
  • Appui au petit élevage familial dans les familles pour développer des AGR (Activités Génératrices de Revenus).

 

Le programme a démarré dans les villages de Vutule et de Kabweke, 201 enfants ont été détectés malnutris, soit le double de ce qu’il avait été prévu. Devant un tel afflux, les autres sites devront attendre un peu car la spiruline est distribuée avec une farine mais/soja (3kg de maïs pour 1 kg de soja) dont le stock est à ce jour limité.

Une fois les enfants identifiés, la cure commence par un déparasitage (vermicide) de l’enfant afin d’optimiser les effets de la spiruline. Puis prise du poids et taille des enfants. La prise de la spiruline est accompagnée avec de la bouillie de mais mélangé au soja. Pour le moment la distribution se fait en plein air.

Compte tenu de la pertinence de l’action, le médecin-chef de zone recommande de construire une petite maison de nutrition (notamment à cause des pluies) et de poursuivre  l’activité au moins pendant cinq ans car la zone est délaissée par les autorités côté nutrition.