Je m'engage / Je donne

La spiruline

mada_marguerite_resize

Pourquoi Antenna a choisi la spiruline ?

Antenna a fait le choix de coupler la sensibilisation et la prévention de la malnutrition infantile avec la production locale de spiruline :

  • une micro-algue aux qualités nutritionnelles exceptionnelles.
  • un excellent complément alimentaire et un moyen très efficace de lutte contre la malnutrition.
  • cultivable localement, cela la rend accessible à tous, interpelle davantage qu’un produit d’importation
  • et permet de créer des emplois au sein des fermes de production et des réseaux de distribution.

Pour en savoir plus Algae as an Approach to Combat Malnutrition in Developing Countries, par Christophe Hug et Denis von der Weid  (Antenna Technologies), Journal of Technology Assessment and System Analysis 2012(1);16-22.

La spiruline, une cyanobactérie alimentaire

La spiruline (Arthrospira platensis), autrefois classée parmi les « algues bleues-vertes », n’est pas à proprement parler une algue. C’est un micro-organisme, une cyanobactérie en forme de spirale (d’où son nom) qui se développe rapidement par photosynthèse soit naturellement dans les eaux alcalines de certains lacs en zones chaudes soit dans des bassins.
De par sa composition très riche et très complète, la spiruline a un intérêt nutritionnel et thérapeutique.
Riche en vitamines, fer, calcium, magnésium et acides aminés essentiels, la spiruline possède aussi une très haute teneur en protéines. Elle contient au moins une quinzaine de pigments dont la chlorophylle et surtout la phycocyanine (anti-inflammatoire, anti-oxydante, anti-tumorale).
Le tout est particulièrement bien assimilable (pas de paroi cellulosique) et en fait un excellent complément alimentaire ainsi qu’un très bon fortifiant qui permet notamment de renforcer les défenses immunitaires de l’organisme.

Sa composition

  1. Une exceptionnelle teneur en protéines (60-70%, presque 2 fois plus que le soja),
  2. Elle possède les 8 acides aminés essentiels, qui ne peuvent pas être synthétisés par l’organisme :
    isoleucine (indispensable à la croissance), leucine (stimule les fonctions cérébrales), lysine (nécessaire pour la production des anticorps, des enzymes et des hormones), méthionine (riche en soufre et propriétés anti-oxydantes),  phénylalanine (indispensable à la thyroïde), thréonine (améliore la fonction intestinale et digestive), tryptophane (régulateur de la sérotonine) et valine (stimulant naturel des capacités mentales et physiques).
  3. Riche en vitamines : vitamine A= Bêta-carotène, vitamines du groupe B(B1,B2, B3, B8, B12), vitamine E, vitamine K
  4. Elle est la deuxième source, après le lait maternel, d’acide gamma-linolénique (acide gras précurseur de médiateurs intervenant dans les processus anti-inflammatoires et immunitaires)
  5. Elle contient au moins une quinzaine de pigments dont la chlorophylle et surtout la phycocyanine (anti-inflammatoire, anti-oxydante, anti-tumorale…)
  6. Elle est riche en minéraux : fer, magnésium, phosphore, potassium, calcium, sélénium.

La vitamine qui apporte des bienfaits du Nord au Sud…

*La vitamine A  mérite une attention particulière : le bêta-carotène (le pigment orange) présent dans la spiruline est le précurseur de la vitamine A. C’est un anti oxydant qui piège les radicaux libres et protège la peau et les yeux des UV. De plus lorsqu’il est associé à la vitamine E et aux graisses insaturées, il contrôle le cholestérol et empêche l’athérosclérose. La spiruline contient dix à quinze fois plus de bêta-carotène que la carotte. La vitamine A qui en découle est nécessaire pour la synthèse des pigments de l’oeil, prévient les problèmes de vision, entre dans le mécanisme d’entretien de la peau, de la formation des globules rouges et dans le métabolisme des hormones. Deux grammes de spiruline suffisent pour couvrir l’apport en vitamine A recommandé par jour pour un adulte. Que l’on soit du Nord ou du Sud la vitamine A est essentielle : prendre de la spiruline quotidiennement aidera à la fois les enfants du Sud qui ont des problèmes de vue et les habitants du Nord dans la protection de leur peau et de leurs artères…

*(Source : Les incroyables vertus de la spiruline – Géraldine Laval Legrain et Benoît Legrain aux éditions Jouvence).

Pour une revue exhaustive des propriétés nutritionnelles, se référer au document : spiruline aspects nutritionnels J. Falquet et J.-P. Hurni, Antenna Technologies, 2006 (41 pages)

Etude publiée dans le Journal of Nutrition Science sur l’impact du bétacarotène de la spiruline

Toxicité et surdosage

La spiruline a fait l’objet d’études exhaustives en matière de toxicologie. Jusqu’à ce jour toutes les recherches entreprises dans ce domaine ont conclu à la non-toxicité de la spiruline quel que soit son dosage.
Concernant le surdosage, il est exact que la vitamine A présente une toxicité à forte dose. Mais ce n’est pas le cas de son précurseur, le bêta-carotène, présent dans la spiruline. En effet, quelle que soit sa concentration, l’organisme ne transformera en vitamine A que la quantité de bêta-carotène nécessaire.
L’excès de fer peut aussi poser un problème à l’organisme (ne pas dépasser 50 g/jour), ce qui est très largement au-dessus des doses quotidiennes de spiruline.
Quant à l’éventuelle contamination microbiologique, elle est impossible dans une culture habituelle, puisque le milieu utilisé présente des conditions de vie telles (pH fortement basique) qu’aucune bactérie autre que la spiruline ne peut s’y développer.

 

Contrôle qualité

En termes d’hygiène et de qualité, l’attention de l’équipe exploitante est surtout focalisée sur les phases du processus de production entre la sortie du bassin de culture et le conditionnement. Port de gants et de masque obligatoire, lavage quotidien du matériel de récolte et des locaux de production avec utilisation d’eau de javel, travail à l’abri de la poussière et des insectes (utilisation de moustiquaire), conditionnement adapté.
Une attention particulière est portée au procédé de séchage, clef d’une bonne conservation sans développement d’organisme pathogène.
Des analyses microbiologiques régulières confiées à un laboratoire agréé sont faites une fois par trimestre et plus fréquemment si un risque potentiel spécifique existe. Doc recommandations analyses spi
Traçabilité du produit grâce à une codification sur les sachets de conditionnement permettant de déterminer : le lieu de fabrication, la date de fabrication et la date de péremption.

Génome de la spiruline

Le génome de la spiruline a été entièrement séquencé et enregistré en juillet 2009 par Antenna Technologies, deux entreprises privées suisses – Biorigin SA et Fasteris, ainsi que la Haute École Spécialisée Hepia de Genève, représentée par le groupe de recherche Plantes et Pathogènes.
En enregistrant le génome de la spiruline à GenBank, ils ont choisi de le rendre accessible publiquement et gracieusement à tous les utilisateurs potentiels et ont ainsi empêché son brevetage. Toute personne intéressée peut ainsi aller plus vite. Citons les applications nutritionnelles, l’écologie industrielle par séquestration de carbone ou encore la production de molécules à usage thérapeutique.
Pour en savoir plus  : spiruline donnees scientifiques,  quelques bases scientifiques et analyse de l’ADN de la spiruline, Antenna Technologies 2009

Histoire de la spiruline

Les premiers écrits concernant la spiruline datent du XVIème siècle, lorsque les Espagnols partirent à la conquête de l’Amérique du Sud, et notamment au Mexique. Elle était consommée par les Aztèques qui la collectaient sur l’eau des lacs et la mélangeaient avec du maïs.
S’intéresser à ce que l’on ne connait pas…
En 1964, lors d’une mission au Tchad, la spiruline fut la plus belle découverte du Professeur Jean Léonard. Intrigué par des galettes sèches de couleur vert-bleuâtre (portant le nom de « dihé ») que consommaient les Kanembeus, il demanda à l’Algologue Pierre Compère d’étudier des échantillons, étude complétée par le Docteur Kufferath qui a déterminé la composition chimique et la teneur en éléments nutritifs. Devant la richesse en protéines et acides aminés, ils ont alors informé le monde scientifique.

spiruline-tchad
C’est dans les années 1970 que le Docteur Ripley D Fox et son épouse, encouragèrent et créèrent des fermes de spiruline en Inde, en Afrique, au Vietnam, au Pérou, en Chine. Le but était d’apporter une réponse aux pays du tiers-monde pour lutter contre la malnutrition.

Au début des années 1990, Denis von der Weid Fondateur d’Antenna Technologies (devenu depuis Fondation Antenna) à Genève renoue avec les projets des époux Fox car il partage leur conviction que la spiruline sera la solution au problème de la malnutrition dans le monde : un aliment naturel riche en micronutriments et cultivable localement dans les pays où sévit la malnutrition.

Reconnaissance de la spiruline

Elle est connue et reconnue dans un grand nombre de pays : produite en grande quantité en Chine (qui l’a déclaré aliment national), aux États-Unis (où elle classée Generally Recognised As Safe – G.R.A.S. – par la Food and Drugs Administration), en Équateur… La spiruline est consommée dans ces pays ainsi qu’en Europe (en France notamment), en Afrique, en Inde, etc….
Les gouvernements de plusieurs pays aux situations nutritionnelles précaires ont reconnu l’intérêt de la spiruline et ont apporté leur appui soit à sa production, soit à sa diffusion, soit aux deux : Burkina Faso, Niger, Bénin, Madagascar… La spiruline dispose d’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) dans la plupart des pays où elle est produite.
Un rapport de la FAO en 2008 « A review on culture, production and use of spirulina as food for humans and feeds for domestic animals and fish » confirme les importantes potentialités de la spiruline.
Le rapport de la FAO reconnait les importantes potentialités de la spiruline et avait émis deux recommandations :

  1. « Les organisations internationales travaillant avec la spiruline devraient élaborer un guide pratique pour la production à petite échelle. Cette production devrait être destinée à : (1) Fournir des suppléments nutritionnels pour une utilisation large dans les communautés rurales et urbaines où l’alimentation de base est pauvre. (2) Permettre la diversification à partir des cultures traditionnelles où les ressources en terrain et en eau sont limitées. » …
  2. « Les gouvernements nationaux et les organisations intergouvernementales ont un rôle à jouer dans la réévaluation du potentiel de la spiruline à compléter leurs besoins en termes de sécurité alimentaire et de développement (…).

Pour en savoir plus Spiruline-Bilan-et-perspectivesChristophe Hug, MSc, MBA & Denis Von der Weid, PhD, 2010

Etudes cliniques

Contrairement à ce qui est souvent écrit ou dit, les vertus nutritionnelles de la spiruline ont fait l’objet de très nombreuses études scientifiques. Il faut reconnaître que certains des essais cliniques menés avec la spiruline peuvent être critiquables sous certains aspects. Il serait bien sûr souhaitable que de prochaines études soient réalisées d’une manière plus concluante, mais il faut admettre la difficulté de réaliser de telles études dans les pays du sud où sévit la malnutrition, ainsi que la nécessité de budgets importants que n’ont pas des ONG comme Antenna. Il n’en reste pas moins qu’au fil des ans, l’accumulation de résultats positifs, joints à la masse grandissante des témoignages de professionnels de la santé, devrait commencer à faire réagir les décideurs du domaine de la lutte contre la malnutrition (Halidou Doudou, 2008).
Les essais cliniques réalisés par Antenna Technologies et le Medical College of Maduraï dans le sud de l’Inde et présentés au Congrès Mondial de la Nutrition en 1999, ont montré qu’un à trois grammes de spiruline par jour, pendant 4 à 6 semaines, peuvent suffire à traiter des enfants de 0 à 5 ans souffrant de malnutrition légère et modérée

Autres études :

  • En Inde également, un essai randomisé portant sur 60 écolières s’est attaché non seulement aux effets purement nutritionnels d’un apport d’une faible dose de spiruline (1 g/j) mais aussi à d’éventuels effets indirects sur leurs performances intellectuelles (Sachdeva, 2004). Concluant à des effets positifs et statistiquement significatifs tant sur le statut hématologique des élèves que sur leurs performances intellectuelles.
  • Au Burkina Faso, une étude de réhabilitation nutritionnelle comparative portant sur 170 enfants (84 enfants VIH-positifs et 86 enfants VIH-négatifs) démontre non seulement l’intérêt de la spiruline dans le traitement de la malnutrition infantile, mais aussi son impact particulièrement favorable dans la renutrition des enfants infectés par le VIH (Simpore, 2005). Ce travail a été mené à Ouagadougou en utilisant une spiruline produite localement à l’aide d’installations simples.
  • Une autre étude menée par les mêmes auteurs a permis de comparer l’intérêt nutritionnel de régimes composés de spiruline cultivée au Burkina Faso et/ou de Misola (Simpore, 2006). Les travaux ont porté sur 550 enfants malnutris de Ouagadougou, âgés de moins de 5 ans. Une amélioration du poids en fonction de la taille et de l’âge est observée chez tous les enfants, particulièrement ceux du groupe dont le régime alimentaire était constitué de spiruline et de Misola. L’étude conclut que le Misola, la spiruline additionnée à la nourriture traditionnelle ou encore la spiruline additionnée au Misola sont de bons régimes alimentaires pour les enfants sévèrement malnutris. Le régime associant spiruline et Misola donne les meilleurs résultats car il allie le fort apport calorique du Misola à la richesse en protéines de la spiruline.
  • En République centrafricaine, une étude prospective randomisée d’une durée de 6 mois a été réalisée avec des personnes infectées et affectées par le VIH (Yamani, 2009). 160 patients ont été répartis en deux groupes. Les patients du premier groupe ont reçu 10 grammes de spiruline par jour tandis que ceux du deuxième groupe ont reçu un placebo. Cette étude montre une amélioration significative des principaux paramètres de suivi (poids, périmètre brachial, nombre d’épisodes d’infections, compte des CD4, protidémie) qui est comparable dans les deux groupes. Toutefois, cela n’a pas permis de conclusions claires sur les critères cliniques entre les groupes en raisons de problèmes méthodologiques rapportés par les auteurs.

Pour en savoir plus Resumes-etudes-cliniques-recentes  menées sur la malnutrition et la spiruline,Christophe Hug, MSc, MBA & Denis von der Weid, PhD, 2010

Production de la spiruline

Togo-ferme Agou-bassin-bis

La culture de la spiruline requiert beaucoup moins d’eau que toutes les autres sources de protéines agricoles connues (mil, maïs, riz, …) et produit 20 fois plus de protéines par hectare que le soja. Par contre, elle demande soins et rigueur et nécessite des interventions quotidiennes. Son rendement est élevé (entre 5 et 8 g de produit sec/jour/m²). Cultivée de manière très simple, elle est particulièrement adaptée aux pays du Sud.

Elle se développe dans des bassins peu profonds (30 à 40 cm) d’une centaine de m². Son milieu de culture idéal est de l’eau entre 30 et 40°C de bonne qualité (eau de forage) à laquelle auront été ajoutés du sel et des engrais en quantités précises. Le milieu doit être régulièrement agité, une source d’électricité est plus que souhaitable lorsque l’exploitation atteint 400 ou 500 m², surface minimale requise pour sa viabilité économique.
La spiruline peut se récolter tous les jours de l’année avec une couverture des bassins pendant la saison des pluies. La récolte se fait par filtration et pressage. Le résultat du pressage est séché dans des fours solaires en saison sèche ou des fours avec apport de chaleur (gaz, charbon de bois) en saison des pluies. Ainsi séchée et conditionnée dans des sachets étanches, la spiruline peut se conserver plusieurs mois.
Combien d’enfants traités par m² de culture ?

  • 1 m² de culture fournit 2 kg de spiruline sèche par an.
  • Le traitement d’un enfant malnutri dure 6 à 8 semaines à raison de 2 grammes de spiruline par jour soit 100 grammes en tout.
  • Donc chaque m² de culture fournit par an un traitement à 20 enfants carencés.

Pour devenir un pro de la spiruline
Diplômé du M.I.T., Jean Paul Jourdan a fait sa carrière dans l’industrie chimique avant de consacrer sa retraite dans le sud de la France au développement de la spiruline en faveur des enfants du Tiers-Monde. Après avoir été « élève ès spiruline » auprès de Ripley D. Fox et de Francisco Ayala, il est membre de Technap et il a collaboré activement avec Antenna Technologies et plusieurs autres O.N.G. dans le domaine de la spiruline. Retrouver ses « Petites Nouvelles » sur le développement de la spiruline artisanale.

Manuel_Cultivez_votre_spiruline_REVISION_2013,  Jean Paul Jourdan

Distribution de la spiruline

distrib spi cambodge

La spiruline produite a principalement deux débouchés :

  • En priorité un débouché social = mission sociale de lutte contre la malnutrition (touchant principalement les enfants et les femmes enceintes ou allaitantes) qui implique d’une part de grandes campagnes d’information et de sensibilisation et d’autre part une distribution la plus large possible auprès d’ONG, dans des centres de renutrition, des dispensaires, des orphelinats, des écoles, etc….
  • Un débouché commercial = mission économique pour assurer la pérennité de la ferme de production. La spiruline est vendue sur les marchés locaux en tant que fortifiant, moyen de renforcement des défenses immunitaires et produit de bien-être. La diffusion se fait avec des investissements en promotion et marketing, auprès de grossistes et de points de vente ou via des réseaux de revendeurs.

La répartition de la distribution entre les deux catégories sera dictée par les critères d’autonomie financière à laquelle la ferme doit tendre à court terme (en général 30/70 voire 40/60 en fonction du marché et du contexte économique).

Des développements sont menés pour mettre au point des produits intégrant la spiruline.

Il existe aujourd’hui de nombreuses possibilités de mélanger la spiruline à la nourriture : dans les bouillies, avec des sardines, des biscuits ou bonbons, des jus…
Depuis 2012 le groupe Roquette, groupe familial français de dimension internationale, ayant pour activité la transformation de matières premières végétales, a mis à disposition d’Antenna son savoir-faire pour mettre au point un produit « plaisir » à base de spiruline. Après plusieurs essais et tests terrain, le « Spirambar » a vu le jour pour le plus grand plaisir des enfants et des tests d’ampleur vont être menés en Inde.
D’autres recherches continuent à être menées dans tous les pays afin d’avoir des produits qui s’intègrent aux produits locaux.

Pour en savoir plus :

Algae as an Approach to Combat Malnutrition in Developing Countries, par Christophe Hug et Denis von der Weid  (Antenna Technologies), Journal of Technology Assessment and System Analysis 2012(1);16-22.

 spiruline aspects nutritionnels J. Falquet et J.-P. Hurni, Antenna Technologies, 2006 (41 pages)

Etude publiée dans le Journal of Nutrition Science sur l’impact du bétacarotène de la spiruline

Doc recommandations analyses spi

spiruline donnees scientifiques,  quelques bases scientifiques et analyse de l’ADN de la spiruline, Antenna Technologies 2009

rapport de la FAO en 2008 « A review on culture, production and use of spirulina as food for humans and feeds for domestic animals and fish »

Spiruline-Bilan-et-perspectivesChristophe Hug, MSc, MBA & Denis Von der Weid, PhD, 2010

Resumes-etudes-cliniques-recentes  menées sur la malnutrition et la spiruline,Christophe Hug, MSc, MBA & Denis von der Weid, PhD, 2010

Manuel_Cultivez_votre_spiruline_REVISION_2013,  Jean Paul Jourdan

« Petites Nouvelles » sur le développement de la spiruline artisanale revue mensuelle par Jean Paul Jourdan