Mali, retour de mission

Nouveau chef de projet, Marc Le Man raconte :

Cette mission m’a permis de faire un inventaire des lieux, du matériel et des stocks, de vérifier la comptabilité, de relancer des procédures oubliées, d’enclencher la réhabilitation de la ferme et de donner un élan à la distribution gratuite de spiruline aux plus démunis.

À Moribabougou, seuls 3 bassins sur 6 sont en activité, les agitateurs sont tournés à main, le séchoir doit être réparé et un deuxième construit, le système photovoltaïque et l’installation électrique revus, des matériels mis en place. Ceci permettra d’atteindre une production mensuelle de 80 kg de spiruline par mois contre 35 à 40 kg aujourd’hui.

La générosité des sociétés MBVSI pour son financement et Razel qui assurera gratuitement la surveillance et certains travaux, permet de commencer ceux-ci dès aujourd’hui. Certains, le séchoir par exemple, seront réalisés par le Centre du Père Michel (CPM), centre de formation professionnel propriétaire de la ferme.

La motivation du personnel est exemplaire. Souleymane le chef d’exploitation, Kao et Sidi ses ouvriers, Togo le gardien, acceptent sans difficulté de travailler deux samedis ou dimanches par mois et de remplacer les jours de pluie où l’on ne peut récolter par les samedis ou dimanches qui suivent.

Ceux qui ne connaissent ni l’Afrique, ni le Mali, seront sans doute étonnés d’apprendre que l’on peut être musulmans et travailler pour des prêtres, que l’on peut être motivés pour un travail payé 3 € par jour ….

Les ventes de spiruline rencontrent des difficultés dues à la méconnaissance de la spiruline de la part de la population et malgré un effort important pour pénétrer le réseau des CSCOM (Centre de Santé Communautaire). Il faudra donc innover.

En attendant le programme de distribution gratuite, priorité du Père Franck, directeur du CPM, a été renforcé.

Dans ce cadre, le Centre de santé Valentino di Pablo et le Centre social Naber ont reçu leur dotation mensuelle de spiruline.

Le Centre Hirzel s’apprête à accueillir 50 enfants atteints de la gangrène de la bouche (le noma) qui doivent être opérés fin juin à l’hôpital Mère–Enfant dans le cadre d’une campagne trimestrielle menée par une équipe médicale venue d’Europe. Il a reçu 5 kg de spiruline, soit une cure pré- et post-opératoire pour chacun des 50 enfants.

La Pouponnière reçoit maintenant chaque semestre 18 kg de spiruline, de quoi offrir aux 200 orphelins qu’elle abrite une cure semestrielle.

Ainsi, malgré les difficultés rencontrées pour vendre et s’autofinancer, malgré la vétusté de la ferme, mais grâce à la motivation du personnel, qui doivent maintenir leur effort pour contrecarrer les effets néfastes de la saison des pluies, le CPM soutenu par Antenna France, MBVSI et Razel, assure sa mission :

aider les plus pauvres.