Je m'engage / Je donne

Composition

spiruline poudre paillettes comprimésLa composition de la spiruline

La teneur en protéines de la spiruline est élevée (50 à 70 g/100 g de matière sèche). Contrairement à d’autres micro-organismes proposés comme sources de protéines (levures, chlorelles,…) la spiruline ne contient pas de parois cellulosiques mais une enveloppe assez fragile. Ce fait explique l’excellente digestibilité des protéines de la spiruline (83-90%).

Enfin leur composition est équilibrée avec présence de 8 acides aminés essentiels (qui ne peuvent être produits par l’organisme): isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, thréonine, tryptophane et valine.

L’acide γ-linolénique : La spiruline en contient environ 1 g/100 g et peut donc être considérée comme une des meilleures sources connues de cet acide gras essentiel, après le lait humain et quelques huiles végétales peu courantes (huiles d’onagre, de bourrache, de pépin de cassis et surtout de chanvre). La présence d’acide γ-linolénique est à souligner du fait de sa rareté dans les aliments courants et de sa haute valeur alimentaire présumée. Cet acide gras est un précurseur de médiateurs intervenant dans les processus anti-inflammatoires et immunitaires.

La provitamine A (β-carotène) : On trouve environ 200  mg de β-carotène et environ 100 mg de crypto-xanthine pour 100 g de spiruline sèche, ces deux caroténoïdes sont convertibles en vitamine A par les mammifères selon les besoins de l’organisme (aucun risque de surdosage). Comme les besoins en vitamine A sont estimés chez l’adulte à moins d’un mg par jour, un à deux grammes de spiruline suffisent largement à les satisfaire.

Les vitamines B : La spiruline est riche en  vitamines B (B1, B2, B6, B12). L’apport en vitamine B12 active ne pourrait représenter qu’environ 20% de la quantité dosée (160-300 mg/100 g) mais ceci représente en tout état de cause un apport intéressant. Les carences en vitamine B12 sont fréquentes, dues  soit  un défaut d’apport (cas de régimes végétariens stricts) soit un défaut d’absorption. Il semble d’autre part que certains états pathologiques entraînent systématiquement une déficience en vitamine B12, c’est le cas des infections à VIH menant au SIDA.

Les minéraux et oligo-éléments : Les minéraux spécialement intéressants dans la spiruline sont : le fer, le calcium, le phosphore et le magnésium:

La haute teneur en fer de la spiruline (70-100 mg/100 g) est à souligner. De plus ce fer est hautement assimilable chez l’animal et chez l’homme (environ 30-40% pourraient être absorbés, voire plus si la spiruline est prise avec de la vitamine C).  Par comparaison les céréales complètes, classées parmi les meilleures sources de fer dans les régimes pauvres en viandes, n’en contiennent que 150 à 250 mg/kg. De plus, les céréales contiennent des composants qui limitent fortement l’absorption de leur fer. Par ailleurs, les suppléments de fer donnés sous forme de sulfate ferreux peuvent être mal tolérés sur le plan digestif. Les carences en fer sont très répandues entrainant des anémies surtout chez les femmes enceintes et les enfants malnutris.

Calcium, phosphore et magnésium sont présents dans la spiruline en quantités comparables à celles trouvées dans le lait. Les quantités relatives de ces éléments sont équilibrées, ce qui exclut le risque de décalcification par excès de phosphore. Notons que les régions aux sols pauvres en magnésium sont courantes et provoquent chez les populations qui les habitent, des syndromes de carences comprenant des troubles cardio-vasculaires et nerveux.

La phycocyanine est un pigment assez rare dans la nature. Elle est représentée à hauteur de 10 à 11% en moyenne dans la spiruline. Appréciée comme colorant bleu naturel dans l’industrie agroalimentaire, de nombreuses recherches sont en cours pour connaître toutes ses propriétés. Sa structure particulière lui confère des propriétés antioxydantes et détoxifiantes. La phycocyanine stimulerait également les défenses immunitaires de l’organisme.

Pour une revue exhaustive des propriétés nutritionnelles, se référer au document : spiruline aspects nutritionnels J. Falquet et J.-P. Hurni, Antenna Technologies, 2006 (41 pages)