Je m'engage / Je donne

Distribution

Distribution de spiruline dans le cadre de programmes de renutrition

Vous êtes une Association, une ONG, une structure en charge de cantines scolaires, un orphelinat… 

Participez avec Antenna à la distribution de spiruline en vue de vaincre la malnutrition chronique des enfants de moins de 5 ans.

Voilà un petit mode d’emploi !

Préambule : besoins nutritionnels de l’enfant

Jusqu’à l’âge de 4 mois (et souvent 6 mois), les besoins nutritionnels de l’enfant sont  couverts par le lait maternel.  L’allaitement peut dépasser 1 an mais à partir de 4 mois une alimentation strictement lactée ne couvre plus les besoins du nourrisson, notamment en énergie (le lait maternel apporte à peu près 8 g/jour de protéines alors que les besoins d’un enfant entre 6 mois et 3 ans sont de 20g.) et en fer =>  le risque de malnutrition chronique et/ou d’anémie devient possible. Il faut donc apporter une bouillie de sevrage contenant idéalement les acides aminés essentiels (qui ne peuvent être synthétisées et doivent donc être apportées par l’alimentation). A partir de 2 ans l’enfant s’alimente au plat familial mais celui-ci est souvent de faible valeur énergétique, contient peu de matières grasses et de protéines et est pauvre en vitamines (notamment vitamines A et B) et en minéraux (notamment fer et zinc).

Identification des enfants malnutris

malnutrition en chiffresPour mesurer l’état nutritionnel, il faut connaitre : le sexe, l’âge, le poids, la taille et le périmètre brachial.

Les mesures du poids et de la taille sont à comparer aux courbes établies par l’UNICEF qui servent de références internationales.

Le périmètre brachial « PB » se mesure au bras gauche à mi-distance entre la pointe du coude et la pointe de  l’omoplate (le bras doit être décontracté).

 

Il existe différents types de malnutrition :

  • Poids pour taille insuffisant = malnutrition aiguë
    • Malnutrition aiguë sévère : poids = 70% < à la moyenne et périmètre brachial < 11,5 cm
    • Malnutrition aiguë modérée : poids = entre 70% et 80% < à la moyenne et périmètre brachial entre 11,5 et 12,5 cm

Le marasme (fonte musculaire suivant la fonte adipeuse) est la forme la plus commune. Le kwashiorkor est moins fréquent et est caractérisé par des œdèmes, une anorexie, une apathie… Ces enfants sont en situation très critique et souvent atteints par des infections ou autres maladies. Ils doivent en général être hospitalisés pour assurer des traitements adaptés

  • Taille pour âge insuffisant = Malnutrition chronique (retard de croissance)
  • Poids pour âge insuffisant = Insuffisance pondérale

La malnutrition chronique commence souvent avant la naissance en raison de la mauvaise santé maternelle et  conduit à un retard de croissance. Il s’agit d’une malnutrition en micronutriments. Les carences les plus importantes répertoriées en termes de micronutriments sont : le fer, la vitamine A, le zinc et l’iode.

Les groupes les plus vulnérables sont donc les fœtus, les enfants de moins de cinq ans et les femmes, avant et pendant la grossesse et durant l’allaitement.

Pourquoi la spiruline ?

  • La spiruline a une très haute teneur en protéines (jusqu’à 70%) avec 8 acides aminés essentiels.
  • Elle est riche en vitamines, particulièrement en vitamines B (B1, B2 et B12) et en provitamine A ou bêta-carotène, qui se transforme dans l’organisme, et suivant les besoins, en vitamine A.
  • Elle contient un acide gras essentiel : l’acide gamma linolénique.
  • Elle est riche en minéraux, en fer très assimilable par l’organisme, mais aussi en calcium et magnésium et zinc.
  • Elle contient des pigments dont la phycocyanine qui stimule l’immunité (défense contre les infections).

C’est pourquoi  la spiruline est largement employée comme supplément nutritionnel pour lutter contre la malnutrition et certaines maladies telles que l’anémie

Elle peut s’employer à tout âge (du nourrisson à la femme enceinte et à l’adulte), mais son intérêt est tout particulièrement évident chez le jeune enfant en croissance : pendant la période du sevrage et pendant la période préscolaire (1-5 ans). C’est souvent à cet âge préscolaire, que la malnutrition est la plus marquée car les besoins en nutriments sont élevés et les bouillies traditionnelles ne sont pas suffisamment nourrissantes. A cet âge la malnutrition affaiblit les défenses immunitaires et augmente le risque  d’infections. 

Comment prendre la spiruline ?

distribution humanitaireAvant de commencer la cure nous recommandons de procéder à un déparasitage (vermicide) de l’enfant afin d’optimiser les effets de la spiruline.

La spiruline peut être distribuée en poudre ou en paillettes.

Nous recommandons de distribuer de la spiruline en poudre mélangée à une eau citronnée légèrement sucrée qui est très bien acceptée par les jeunes enfants. Le citron permet une meilleure assimilation du fer et apporte de la vitamine C.

La poudre peut également être mélangée à un yaourt, à une banane écrasée, à une bouillie ou encore ajoutée à une sauce.

Les paillettes mélangées au riz, au manioc, à la bouillie quotidienne sont également bien tolérées. Elles peuvent être mélangées aussi à un jus.

Il est important de ne pas cuire la spiruline pour ne pas la dégrader.

La posologie habituelle est :

  • 1 cuillère à café par jour pour les enfants (soit 2/3 g par jour)
  • 2 cuillères à café par jour pour les adultes (soit 3/5 g par jour)

Une cure quotidienne de 6 semaines est nécessaire pour redonner force et vigueur à l’enfant en état de malnutrition chronique. On observera alors une amélioration de son état de santé, de sa capacité à se concentrer ainsi qu’une augmentation en taille et poids.

Si nécessaire, six mois après la première cure,  il y aura lieu de prévoir une 2ème cure de 6 semaines.

Il est possible que certains enfants aient quelques évènements indésirables liés au début de la cure comme, un mal de tête, des troubles intestinaux, des vomissements, une légère fièvre…  Ces effets sont connus et relativement rares. Dans ce cas, il est préférable de diminuer les doses de spiruline (la moitié ou le quart d’une cuillère) ou d’arrêter, si le personnel médical le préconise, et de recommencer quelques jours plus tard en augmentant graduellement les doses.