En direct de Madagascar

Madagascar, une longue histoire pour Antenna France… Depuis la création en 2005 d’Antenna Technologies Antsirabé (ATA) il y a eu des hauts et des bas… Des périodes de fort développement jusqu’en 2010, puis une période de stagnation due principalement à la situation politique et économique, mais aussi à la destruction des installations lors de cyclones. Avec l’aide de LafargeHolcim la ferme Gérard Galus à Ibity est en cours de rénovation et la production de spiruline repart. Une partie de la production est distribuée sur place à la Maison de la Nutrition et ATA voit avec satisfaction les effets sur la santé, sur le poids et la taille des jeunes enfants malnutris chroniques qui viennent suivre des cures de 6 semaines de spiruline.

Mais ce n’est pas tout. Grâce à leur réseau de contacts, LafargeHolcim a organisé pour ATA la visite de la ferme Gérard Galus pour un groupe d’élèves venus du grand sud de Madagascar (districts de Betroka et Bekily où la malnutrition chronique est importante). Ces élèves ont ainsi pu découvrir la spiruline, sa production et ses effets sur la santé des enfants dénutris. Pour certains élèves cette visite leur a donné des idées d’orientation pour leurs futures études. Susciter des vocations et assurer la transmission de nos savoirs…quelle belle récompense pour Antenna.

Il faut savoir que Madagascar est le 2ème pays le plus touché par la faim en Afrique Australe et le 5ème pays au niveau mondial concerné par la malnutrition chronique. Au début de l’année 2016 le nombre de malgaches touchés par la faim a été estimé à près de deux millions. (source Orange Madagascar 17/6/2016).

Parmi les bonnes nouvelles il y a la récente création d’une plateforme du secteur privé pour la nutrition dans le cadre de SUN (Scaling Up Nutrition). Antenna Technologies Antsirabé et LafargeHolcim font partie de cette plateforme qui regroupe plusieurs entreprises et organisations malgaches. C’est une très belle avancée et nous sommes fiers d’avoir été choisis. Nous ne manquerons pas de communiquer sur les développements de ce projet.

Une grande prise de conscience privée et publique est entrain de se faire. La volonté est là pour que Madagascar sorte enfin de ces statistiques alarmantes et redevienne la Grande Ile où il devrait faire bon vivre.