4 questions à Julien Bello, notre nouveau Délégué Général

Julien, entrepreneur social passionné avec 2 beaux projets d’entreprises sociales passées à l’échelle à son actif, nous a rejoint le 1er janvier dernier. Il témoigne aujourd’hui de son parcours, son engagement et sa vision pour le futur de l’association.

 

Bonjour Julien, peux-tu te présenter ?

Je suis un entrepreneur social passionné par les questions de développement, en particulier dans les pays du Sud. Après mon école de commerce, j’ai très rapidement bifurqué vers le monde des ONG par recherche de sens. J’ai fait à 23 ans ma première expérience humanitaire aux Philippines, dans les bidonvilles de Manille, en tant que Chargé de projet pour l’association Inter Aide. Puis j’ai continué à travailler 16 ans aux Philippines en montant mes propres projets, toujours au carrefour de l’économique et du social.

D’abord avec Proximity Funding, un organisme de microfinance à but non lucratif que j’ai créé et développé, visant à aider au développement des familles pauvres des bidonvilles de Manille. Je suis très fier de ce projet – devenu financièrement autonome après 4 ans – qui existe toujours aujourd’hui et a permis de financer des milliers de micro-entrepreneurs philippins.

Julien Bello et l'équipe Proximity Funding

J’ai ensuite conçu et développé Generika Drugstore pour répondre à la demande de médicaments de qualité à prix abordable. Ce nouveau concept de pharmacies proposait des médicaments génériques vendus 50% à 80% moins chers que ceux de marque. Le succès a été immédiat et j’ai franchisé le concept pour accélérer notre croissance. Nous sommes ainsi devenus un réseau national de plus de 500 pharmacies avec plus de 30 millions de transactions par an ! Nous avons été abondamment copiés, ce qui a eu pour effet de fortement dynamiser le marché. Ainsi les populations des Philippines ont eu partout accès à des médicaments beaucoup plus abordables.

Julien Bello dans une pharmacie Generika

En 2016, ma femme et moi avons souhaité revenir sur Paris, notamment pour l’éducation de nos filles, qui étaient déjà adolescentes et n’avaient connu que Manille.

Pourquoi cet intérêt pour les activités d’Antenna France ?

Antenna France agit pour l’intérêt général des populations pauvres, au carrefour de l’économique et du social. C’est tout ce que j’aime !  L’association cherche à aider des populations malnutries via un modèle de fermes locales qui ont vocation à devenir autonomes et pérennes, tout en distribuant une partie de leur production dans un but humanitaire. Je me sens très en phase avec cette approche. De plus, le domaine d’intervention – la nutrition et la santé – m’intéresse vivement et fait écho à mon expérience antérieure aux Philippines. L’alimentation est la première médecine, comme disait déjà Hippocrate.

Connaissais-tu la spiruline avant de rejoindre Antenna France ?

Oui, absolument !  J’étais déjà convaincu de l’intérêt nutritionnel de la spiruline. D’abord parce que nous en vendions dans nos pharmacies génériques. Mais surtout pour une raison familiale. Vers 2014, la santé de ma mère s’est fortement dégradée. Elle a eu des infections à répétition, été hospitalisée à plusieurs reprises, a été bourrée d’antibiotiques et subi des batteries d’analyses sans amélioration notable. Une médecin extraordinaire – Marie-Hélène Maisonnier – a alors développé une approche globale pour la remettre en forme. Constatant une acidité excessive due à une alimentation déséquilibrée et au stress, elle a d’abord agi sur son régime alimentaire, l’orientant vers des nourritures plus alcalines (fruits et légumes). Et elle lui a donné de la spiruline pour l’enrichir en nutriments et l’aider à reconstituer des forces. Ma mère a été progressivement rétablie et n’a plus été hospitalisée. Lors de son retour à Manille, elle nous a tous convertis à la spiruline ! J’en consomme quotidiennement depuis 4 ans, elle m’aide à rester en forme !

Quelle est ta vision d’Antenna France et de ses projets ?

Antenna France est une petite association, mais a de nombreux atouts. Tout d’abord son sérieux et sa solide expérience. Antenna est restée concentrée sur son objet sans se disperser, avec une forte motivation de ses équipes bénévoles et salariées ainsi que de ses administrateurs. De plus, Antenna est une association frugale, qui fait très attention à ses dépenses.

Bien sûr il y a aussi de nombreuses voies d’améliorations et de développement. Mon objectif est d’augmenter progressivement le volume de nos opérations, afin de pouvoir aider davantage de populations malnutries, et ce de la manière la plus pérenne possible. Je pense aussi qu’Antenna a un rôle à jouer de plaidoyer dans la prévention et la lutte contre la malnutrition chronique. J’aimerais notamment que nous soyons un catalyseur qui encourage d’autres grandes organisations à utiliser de plus en plus la spiruline dans le cadre de leurs actions. Ceci est une action sur le long terme !

Au final, je suis ravi et honoré d’être le nouveau délégué général d’Antenna France et de reprendre le flambeau après Diane de Jouvencel, qui a été l’âme d’Antenna et l’a construite avec toute son énergie pendant plus de 10 ans. Je remercie aussi beaucoup Renaud d’Avout, qui a été délégué général par intérim et nous aide tous par sa connaissance extrêmement poussée de la spiruline.

Enfin, je remercie nos lecteurs et toutes les personnes qui nous soutiennent. En 2019 et dans les années suivantes, nous aurons plus que jamais besoin de votre soutien pour mener à bien nos projets et renforcer l’impact d’Antenna France.